L'arrivée de l'électricité sur la commune

 

L’électricité fit sa première apparition publique en 1881, à l'Exposition Internationale de Paris. 900 000 visiteurs s'enthousiasment d’ailleurs pour cette nouvelle énergie qui fascine tout autant qu'elle effraie.

En 1889, Bourganeuf (Creuse) devient la 1ère ville à inaugurer un éclairage électrique dans sa localité. Dans les années 20, la France poursuit son électrification.

 

Début 1920, le réseau d’eau potable est opérationnel à Looze depuis bientôt 10 ans mais dans les foyers, on continue de s’éclairer grâce aux lampes à huile ou à pétrole. Ce cliché montrant la Route de Laroche en 1924 ne laisse apparaitre aucune trace d’électrification. Pourtant, au conseil municipal, sous l’impulsion de son maire, Auguste Hureau, on est bien décidé à ce que les choses changent :

  • Le 28 mars 1923, le conseil municipal donne son accord pour l’élaboration d’un syndicat d’électrification qui s’appellera « Syndicat pour l’électrification de la Région sud de la Forêt d’Othe ». Il aura pour mission d’étudier financièrement et techniquement l’électrification des communes adhérentes et sera basé à Bussy en Othe.
  • L’adhésion définitive à ce syndicat est votée le 25 mai 1924.
  • La construction du réseau haute tension, du transformateur et du réseau de distribution dans la commune va contraindre le conseil municipal à voter la séance du 25 mai 1924 un emprunt de 65 000 francs sur 30 ans (soit l’équivalent de 27 années de salaire d’un cantonnier en 1924).
Notre histoire

Mais au fait, d’où proviendra cette électricité ?

Notre région possède des cours d’eau intéressants pour la production d’énergie électrique. A Cheny, sur l’Armançon, un bon kilomètre en amont de la commune existait un ancien moulin datant du 13ème siècle. Début 1900, la société Lamy Père et Fils décide d’exploiter ce lieu en y implantant au même endroit une usine hydro-électrique, afin de fournir une partie de l’électricité du canton. Cette centrale est d’ailleurs toujours en activité actuellement.

 Notre histoire

 ll reste ensuite à construire le réseau « haute tension » qui acheminera cette électricité dans chaque village. L’affaire n’est pas simple pour les communes comme Looze avec l’Armançon, le canal de Bourgogne et la voie de chemin de fer à traverser. Les ingénieurs décidèrent à l’époque de faire passer cette ligne sous la voie ferrée.

En septembre 1924, comme en témoigne cette carte postale, la ligne « haute tension » arrive à l’unique transformateur du village en bas de la Grande Rue à côté de l’ancien lavoir pour y être abaissée à 110V.

Notre histoire

Les habitants peuvent à ce moment demander à être raccordés au réseau.

Le 26 septembre 1924, le conseil municipal décide alors d’installer l’électricité dans les bâtiments communaux. Pour des raisons d’économie, il ne fait poser qu’un seul compteur pour la mairie, la salle d’école et le logement de l’institutrice. Le montant des travaux s’élève alors à 370 francs et comprend l’installation de 6 lampes.

Pour allumer, c’était magique, il suffisait d’abaisser un petit interrupteur en cuivre fixé sur un "bouton" de porcelaine. Cependant, habitués à faire des économies, beaucoup d’heureux abonnés, continuaient à veiller au coin du feu, comme au bon vieux temps !

Notre histoire

En 1927, 14% de la population française sont abonnés à un réseau électrique. Ce pourcentage s’accentuera avec l’essor des appareils électroménagers, indissociables de la modernité comme l’aspirateur appelé à l’époque « pompe à dépoussiérage » ou les premières machines à laver équipées d’un moteur électrique.

Pendant longtemps, le réseau est resté fragile et les coupures d’électricité nombreuses. De ce fait, il y avait toujours dans chaque maison une lampe à pétrole en dépannage. Aujourd’hui, le réseau qui alimente la commune s’est modernisé. Les lignes, dans le bourg, sont toutes souterraines, hormis sur le chemin des Ferreux, et ne craignent plus les chutes d'arbres. Alimentés par deux sources « haute tension » différentes, les coupures à Looze sont désormais devenues extrêmement rares.

Haut de page