L'église Saint- Éloi

 

Son histoire


 

Modeste chapelle, bâtie au XIIème par des moines de l'abbaye de Dilo, la petite église de Looze a subi différentes transformations et agrandissements au fil des siècles.

Epaulée par des contreforts rectangulaires, la nef aujourd'hui couverte d'un plafond de bois et le portail en arc-brisé retombant sur des colonnettes à chapiteaux feuillages sont d'origine.

Une abside couverte en cul-de-four enserre le maître-Autel, tandis que sur les côtés s'ouvrent deux petites chapelles et une sacristie.

A remarquer, dans le chœur, un beau retable du XVIIème et deux portes de la même époque. Celle qui ouvre sur la sacristie est ornée de beaux vantaux de bois sculptés représentant Saint Pierre et Saint Paul.

Mais les éléments les plus intéressants ont été rajoutés au XIXème siècle.
Notamment, les colonnettes qui ornent le porche et celles qui se trouvent des deux côtés du Chœur. Ces colonnettes, datant du XIème siècle, proviennent du cloître de l'ancien prieuré Notre Dame de Joigny, démoli à la révolution et vendu à l'encan.

Le marquis Dominique de Tulle de Villefranche, seigneur de Looze, mais également député et Pair de France, rachète les vestiges, et fait construire le pittoresque porche qui précède l'entrée de l'église pour leur servir d'écrin. Ce bienfaiteur de la Paroisse fut inhumé en 1847, dans la chapelle de la vierge. Il avait 82 ans. Ne cherchez pas sa pierre tombale ! Le marquis avait conservé une telle horreur des excès de la révolution qu'il préféra l'anonymat du Carrelage.

En 1836, la cloche de l'église, nommée "Ferdinante", est présentée à M. Marliac, curé de Looze. Par ailleurs, en 1843, la tour est édifiée, le presbytère aussi et le sanctuaire restauré solennellement béni.
Le 10 mai 1906, une manifestation des paroissiens de Looze se déroulait, protestant contre la loi du 5 décembre 1905, instituant la séparation de l'église et de l'Etat.

L'église
L'église Saint-Éloi

 L'église
Avant la réfection du porche

 L'église
Son porche actuellement

 

La vie de Saint-Éloi, Patron de l'église


 

Le bon Saint Éloi (popularisé par chanson où il invite le roi Dagobert à remettre sa culotte à l'endroit) est né dans une famille chrétienne en 588 à Chatelac, près de Limoges. Son père s'appelle BUCHER et sa mère TERRIGIE.

Éloi était effectivement Ministre de DAGOBERT et très adroit en orfèvrerie. A la mort de ce dernier; en 639,il se consacre à Dieu et devient évêque de Noyon. Il prêche souvent au péril de sa vie; la bonne nouvelle de la paix et de l'amour.

Le 1er décembre 661, un an après sa mort lorsqu'on ouvre son tombeau, on trouve son corps intact et une agréable odeur de sainteté s'en exhale....

Saint Éloi devient par la suite le Saint Patron de 23 corps de métiers et de nombreuses églises, dont celle de Looze.

 Haut de page