Le réseau de distribution d'eau potable

Jusqu’au 19ème siècle, notre commune était alimentée en eau par les puits et les mares comme la plupart des communes rurales à cette époque. En 1850, quatre mares étaient recensées : Chemin des Fossés, Grande rue, Rue de l’Ancien Lavoir et rue de la Forêt.

En 1908, la ville de Joigny, suite à l’utilisation croissante de l’eau et l’augmentation de sa population décida de capter la source de la "Fontaine aux Ânes" dont le débit maximum est évalué à 1 600 m3/jour.

L’alimentation en eau potable fut réalisée grâce à plusieurs ouvrages de captage (visibles près du champ de tir) et une conduite qui traverse encore actuellement notre territoire.

Photo_distrib-eau2
Localisation des mares

 Photo_distrib-eau
Localisation de la source

Le captage se compose d'un seul ouvrage profond de 12 m, datant de 1912 (cette date est inscrite au-dessus de la porte d'accès frontale de l’édifice).

Notre histoire
Ouvrage d’accès à la source

 Notre histoire
Esquisse de l’ancien ouvrage

 Notre histoire
Schéma de la galerie de captage

Au niveau de notre commune, l’exploitation de la source par Joigny fragilisa davantage l’alimentation en eau : le ru s’asséchait une partie de l’année, le niveau dans les puits descendait et les mares, malsaines à la consommation, furent souvent à sec. Encore aujourd’hui, il n’est en effet pas rare de constater des puits dont la profondeur dépasse 40 mètres, totalement asséchés.

Le 5 février 1911, le Conseil Municipal face à une situation de plus en plus préoccupante, décida d’équiper la commune d’un réseau de distribution d’eau potable. La conduite de Joigny traversant notre territoire dans sa partie la plus élevée, le conseil choisit de traiter avec cette ville pour obtenir une concession d’eau.

L’alimentation en eau potable fut réalisée grâce à plusieurs ouvrages de captage (visibles près du champ de tir) et une conduite qui traverse encore actuellement notre territoire.

 Photo_distrib-eau6
Le nouveau lavoir en 1918

Le projet de distribution d’eau dans la commune put enfin voir le jour, avec l’installation de bornes-fontaines (il en reste un vestige en haut de la Grande rue en face du local surpresseur), ainsi qu’un nouveau lavoir implanté au bas de la Grande Rue. A cette époque, les habitants allaient chercher leur eau aux bornes-fontaines, et laver leur linge au lavoir.

Par étapes, le réseau s’est ensuite modernisé : desserte des habitations à la parcelle, construction d’un réservoir de stockage de 120 m3 (situé en haut de la Grande Rue) et installation de pompes pour la mise en pression du réseau, remplacement des conduites en plomb, redimensionnement des canalisations d'adduction d'eau potable, implantation de bornes incendie couvrant l’ensemble du territoire communal.

Haut de page